I sins ensorcelés d’ tcho coup

Extrait d'une fable de Gène Charier. I sins ensorcelés d’ tcho coup

Dépis l’ temps que l’ maihur nos djette,
O d’vet pas manquer d’arriver.
Pensez qu’ol a tchinz’ jours d’anet,
(I) avins perdu deux mér’s gorettes.

Illin’ qui v’net d’ gor’tter dans la net,
L’aotre, qu’étet censément prête ;
Pis djir’ qu’(i) avins là deux vach’s brettes,
Qu’i pouvins pas faire affiler.

Et pis, que faire asture avec tchés p’tchits gorets ?
Si encore i tchiriens dau lait,
(I) esseilleriens bé d’ lés él’ver.
I avins bé d’ la misère, allez !

Peur ma, (i) ai teurjous djit qu’(i) étiens ensorcelés.
D’abord (i) en ins vu illin, la net,
Qui toumet à coûté daux têts.
-Qui tcheu ? - Ah ! ve l’ keneussez bé !
- Est-o tchao qu’a la goul’ mal faite ?
- Est p’t-êt’ pas bin d’o-z-ébriter,
Me ol a d’ mouvais minde, allez !

0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives